Menstruations quelle protection hygiénique ?

J’entre dans la « period » pas cool !

Depuis 2 jours je suis sur les nerfs, y a rien qui va ! Je suis fatiguée, mes jambes sont lourdes, mes seins et mon ventre sont gonflés à bloc…

… à chaque fois j’oublie ! je vais avoir mes règles bon sang de bois !

Je connais tous les modèles de protection hygiénique, je les ai tous essayé, et mon préféré c’est…

… laissez-moi d’abord vous faire la liste, peut-être que vous devinerez :

Le tampon hygiénique jetable

Bonne note : Il est pratique et discret, je peux nager à la piscine, je peux rouler des hanches en maillot de bain sur la plage ou je peux courir en legging sur le circuit.
Il est jetable dans les toilettes : ni vu ni connu quand je suis dans un lieu public ou chez les amis.

Mauvaise note : une fois jeté dans les toilettes il continuera son chemin jusqu’à la mer où se sont déjà accumulés d’autres déchets nocifs.

Pas biodégradable !

Contrairement à l’obligation de transparence des marques, la composition du tampon est floue. Méfiance également à propos du tampon bio.

Pour certaines femmes, il est la cause d’assèchement vaginal, de mycose ou du Syndrome du choc toxique sante-medecine.journaldesfemmes.fr.

  • La serviette hygiénique jetable

Mauvaise note : pas très confortable, elle ne tient pas toujours en place, et je dois la changer très souvent si je veux éviter les irritations liées à la fermentation. Et puis la piscine, la plage, le circuit j’oublie !
Risque de fuite pendant la nuit.
Enorme impact environnemental car la serviette hygiénique n’est pas du tout biodégradable.

La serviette hygiénique lavable

Bonne note : facile à fabriquer soi-même (on trouve pléthore de tutos sur le net).
Si je n’ai pas l’équipement nécessaire à la fabrication je les trouve sur le net (vous trouverez les liens commerçants un peu plus bas).
Les boutons pression permettent de l’attacher autour de la culotte, et de la plier en 4 après usage. Ensuite je la range dans mon petit sac en tissus.

Zéro déchet !

Important à mes yeux : je choisi celle qui est fabriquée à base de chanvre, parce que la culture du chanvre nécessite moins d’eau que celle du coton, et aucun besoin d’engrais car la plante est aussi prolifique que la mauvaise herbe 😉

Le coût : comptez entre 3 et 10 euros pièce, faites le compte d’après la quantité dont vous avez besoin.
Sachez tout de même qu’elles ont une durée de vie moyenne de 4 ans : pas mal !

www.plim.fr
www.brindilles.fr
www.greenweez.com
www.lulu-nature.com
dansmaculotte.com
www.lilinappy.fr

L’éponge de mer menstruelle

Bonne note : elle s’utilise comme le tampon, je la garde 3h max. Elle est lavable et réutilisable.

Zéro déchet !

Elle contient des molécules protectrices. Elle est très absorbante, et n’assèche pas le vagin.

Mauvaise note : dans un lieu public, c’est difficile voir impossible de l’enlever, la nettoyer et la remettre, à moins qu’il y ait un point d’eau dans les toilettes individuelles.

Autre chose, seulement 15 espèces sur 8000 sont commercialisables et on ne met pas n’importe quelle variété d’éponge dans le vagin.
Comme je n’ai aucune info précise sur la nature de l’éponge que j’achète, je préfère m’abstenir.

Et puis, je n’ai pas envie de participer à la dégradation des fonds marins à cause de la pêche massive de ces rares jolies éponges.

Coût : je vous laisse le soin de vous renseigner sur le net, car comme vous l’aurez compris je ne souhaite pas mettre dans mon vagin une matière que je ne connais pas bien.

La cup menstruelle ou Mooncup

Bonne note : elle est lavable et réutilisable.

Zéro déchet !

Au bout de 4 à 6h, d’abord je me lave bien les mains, ensuite je l’enlève, je la vide, je la nettoie et je la réinsère. Simple et discret.
Dans un lieu public, soit j’ai ma bouteille d’eau pour la rincer et la remettre, soit j’ai une cup de secours, je vide la première, l’essuie avec le papier toilette et la range dans le petit sac en tissus.

Pour une hygiène irréprochable, je stérilise la cup entre 2 cycles.

C’est un peu astreignant je vous l’accorde.

Mauvaise note : pour beaucoup de femmes elle est inconfortable et n’est pas facile à manipuler. C’est faisable mais il faut s’armer de patience.

La cup menstruelle est en silicone, et malgré les nombreux débats, il m’est difficile de confirmer si la matière est mauvaise ou pas pour la santé.

Coût : comptez entre 15 et 30 euros pour une durée de vie de 5 à 10 ans.

Petit conseil : en fin de cycle vous pourrez utiliser les protèges slips lavables !

www.lulu-nature.com
www.greenweez.com
Magasins bio près de chez vous

La culotte menstruelle

Elle est composée de 4 couches :

  • 1ère couche : aspire le liquide (je suis au sec)
  • 2ème couche : doublure anti bactéries et anti odeurs
  • 2ème couche : tissu super absorbant
  • 3ème couche : tissu imperméable (empêche les fuites)

Bonne note : je porte 2 culottes, 1 pour la journée, et 1 culotte pour la nuit.

Il n’y a pas d’odeur.

Lavable à la main à l’eau froide pendant le cycle, et en machine à 30 degrés à la fin du cycle.

Durée de vie similaire à celle d’une culotte classique.

Zéro déchet !

Le coût : autour de 40 euros la culotte.

Je veux toujours déambuler sur la plage, alors à quand le maillot de bain menstruel ?

www.shethinx.com
www.plim.fr
www.getempo.co

Mesdames, je ressens tout de même le besoin de faire une mise au point à l’issue de ce long article.

Comme je le disais à propos du tampon, la cup et l’éponge, les matières qui les composent sont floues, alors je me permet de vous conseiller la prudence.

Même si les marques affirment que vous pouvez garder l’un de ces 3 modèles plus de 6h, mieux vaut ne pas dépasser 3h.

Evidemment vous le savez, mais bien se laver les mains est important, tout comme la stérilisation régulière de la cup et l’éponge.

Actuellement, nous ne savons pas si c’est la composition du tampon et de la cup, ou si c’est le fait de les garder dans le vagin au delà de 4h qui sont la cause du syndrome du choc toxique.

Alors quel modèle ai-je choisi d’après vous ?

Laisser un commentaire